Auteur,  avis,  Challenge,  Français,  genre,  Origine du livre,  Pumpkin Autumn Challenge 2021,  Sophie Daoût,  témoignage

Demain j’arrête la came ! – Sophie Daoût

J’ai intégré ce livre au challenge punking pour la thématique féminine… cependant actuellement je regrette mon choix, et je vais vous expliquer pourquoi.

Résumé :

Elles sont la mère, la sœur ou la compagne d’un toxicomane, et la drogue est devenue leur ennemie. Un jour, à cause de la came, leur vie a basculé dans l’irrationnel et dans le drame. Elles se sont retrouvées confrontées de plein fouet à des évènements auxquels la vie ne les avait pas préparées: aux accusations et aux mensonges, à la violence et à la prison. Elles côtoient la maladie, et l’idée de la mort est constamment présente en elles. Je les admire, ces femmes, car bien souvent elles se montrent remarquables, héroïques parfois. Elles ont décidé de se battre pour que cela n’arrive pas à d’autres. Et leurs voix se mêlent à la mienne.

Ressenti de l’histoire :

Une biographie d’une jeune fille qui est accro à la came et de sa déchéance.

Je pensais y retrouver une histoire personnelle qui serait plus poignante bien que cela soit une histoire tragique et soit touchante. Je n’ai pas trouvé que la façon de relaté l’histoire de jeune fille ait été bien faite. Sophie Daout, nous retrace le calvaire de Christine, via son journal intime après nous avoir expliqué comment c’est passé leur unique rencontre. Je m’attendais qu’elle réécrive le journal intime avec les mêmes mots de qu’elle aurait écrit. Cependant elle ne fait que résumer l’histoire personnelle d’Isabelle en y mettant parfois un jugement, ou des annotations. Cela ne m’a pas du tout aidé à avoir de l’empathie et même de se mettre à la place d’Isabelle.

Un livre qui pour moi rate le coche et rate en partie sans message contre la drogue dure. J’ai presque eu l’impression que limite elle ne remonte pas vraiment le problème de la drogue.

Ressenti sur écriture :

Elle aurait mieux fait de retranscrire tel que c’était dans le journal et en comblant les trous par la suite grâce au détail de la mère. J’aurais eu plus d’empathie et l’on aurait peut-être mieux compris le mal être de la jeune fille et cela aurait été plus touchant

Point fort :

Un message contre la drogue (c’est le seul point fort)

Point faible :

L’écriture est un gros point faible. Je n’ai pas ressenti de proximité comme j’ai pu l’avoir à la lecture du « Pavillon des enfants fous » de Valérie Valère.

Recommandation :

1.5/5

Je pense qu’il doit avoir de meilleur témoignage contre la drogue et de ces effets désastreux.

Source :

Sophie Daoût est décédée en 2018

Sophie Daoût, est une mère qui a perdu son enfant suite à une surdose de cannabis. Elle écrira son livre : « Lâche ta drogue … et tiens bon ! » où, elle parlera du combat de son fils et de la sienne pour essayer de l’aider à s’en sortir. Elle est devenue conseillère d’orientation-psychologue. C’est dans ce cadre là où elle fera beaucoup de préventions contre la drogue.

Langue d’origine : Français

Genre du livre : Témoignage

1re édition : Demain j’arrête la came, Sophie Daoût, Édition France Loisirs, 1997, 219 p.

Mon édition : Demain j’arrête la came, Sophie Daoût, Édition France Loisirs, 1997, 219 p.

0
Noté 0 sur 5

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :