Auteur,  autobiographie,  Français,  genre,  Origine du livre,  témoignage,  v,  Valérie Valère

Le pavillon des enfants fous – Valérie Valère

Auteure française née à paris en 1961 et décédée à Saint-Maur-sur-le-Loir en 1952. Née sous le nom de Valérie Charlotte Suzanne Samama, as pris pour pseudo Valérie Valère. Enfant d’un couple bourgeois, elle tombe dans l’anorexie mentale alors qu’elle a 13 ans. Sa mère la force à être hospitalisée, et cela pendant 4 mois. Descendant à 31 kg. Après sa sortie de l’hôpital, elle s’inscrit dans une école de cirque. Elle commence une carrière de comédienne., mais elle ne se sent pas bien sûr les plateaux. Elle commence à écrire à l’été 1977 et c’est un an après qu’elle sort Le pavillon des enfants fou. C’est en 1981 qu’elle écrit Obsession blanches. Mais après cela, elle commence à tomber en dépression et prend un grand nombre de médicaments. Elle se retire à Saint-Maur-sur-le-Loir. Dans la nuit du 17 décembre 1982, elle meurt dans son sommeil, victime d’une crise cardiaque causée par une overdose médicamenteuse. Après un grand nombre de tentatives de suicide, c’est ainsi qu’elle réussira à se délivré d’une vie dans la quel elle ne ce n’est jamais senti bien.

Langue d’origine : Français
Genre du livre 
: Autobiographie

1re édition Le pavillion des enfants fous , Valérie Valère, Éditions France Loisirs , 1981 , 240 P.

Mon édition :Le pavillon des enfants fous , Valèrie Valère, Éditions Le livre de Poche , 1982 ,223 P.

Résumé :

«  À treize ans, Valérie Valère a été internée au pavillon des enfants fous d’un grand hôpital parisien. À quinze ans, elle écrit le récit de ce séjour. Son livre n’est pas seulement une vision du monde hospitalier, des traitements pour les malades mentaux, le cri pathétique d’une adolescente de treize ans qui, un jour, a refusé toute nourriture elle prend conscience des raisons profondes qui l’ont amenée au comportement suicidaire qu’est l’anorexie. Et son récit est avant tout l’histoire d’une guérison. “ 

‘Le témoignage implacable d’une enfant sur le monde des adultes. J’y ai passé deux nuits blanches. Car l’écriture entraîne irrésistiblement. Et puis on veut savoir si elle s’en sort, ou plutôt dans quel état.’

Christiane Rochefort – Le monde

Ressenti de l’histoire :

Tout d’abord ce fut la première autobiographie que j’avais lue de ce genre. Ce fut dur à lire. Une histoire intéressante et intense. On ressent le mal être de l’écrivaine et de ce qu’elle pensait à ce moment-là. On a presque envie que cela s’arrête d’une façon ou d’une autre pour elle.

Pendant que je lisais, je perdais la notion du temps du récit, tout comme elle, on ne sait pas combien de temps elle reste dans telle ou telle situation. Une histoire qui nous rappelle aussi que l’anorexie est une maladie, qui ne se soigne pas à coup de médicament, mais grâce à l’écoute que l’écrivaine aurait peut-être pu apprécier à l’époque. Une histoire poignante et dure à lire, mais que j’ai adorée.

Ressenti sur écriture :

Une écriture qui est spontanée et qui est rester spontané, car, elle n’a pas voulu qu’un seul mot ne soit changé ce qui permet d’avoir un témoignage fort et authentique.

Point fort :

Un témoignage émouvant et fort sur une maladie mentale : l’anorexie.

Point faible :

Je ne pense pas en avoir vu.

Recommandation :

4.5/5

Une autobiographie que je recommande., mais dite vous que ce n’est pas une autobiographie qui est facile à lire !

Source :

Un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :