Auteur,  avis,  Français,  genre,  Origine du livre,  Policier,  Seconde guerre mondiale,  Thierry Poyet

Il faut tuer Wolfgang Müller – Thierry Poyet

Je remercie Thierry Poyet de m’avoir proposé de lire son livre en avant-première quelques semaines avant la sortie de son roman. J’ai apprécié ma lecture et en voici mon avis : 

📖Résumé :📖

Pourquoi un octogénaire vient-il poignarder un homme plus âgé que lui dans sa chambre d’Ehpad ? Pourquoi la jeune journaliste Julienne Bancel s’entête-t-elle à croire complice des horreurs nazies un vieil Allemand naturalisé français depuis des décennies ? Comment le grand-père et sa petite-fille se retrouvent-ils complices pour rendre la justice à leur manière ? Avec Il faut tuer Wolfgang Müller, Thierry Poyet signe un troisième roman qui interroge le poids de la mémoire et la force des sentiments. Quand la logique de la résilience ne résiste pas aux faits… Quand il n’est pas possible d’oublier, oser le pire au nom du bien reste le dernier projet commun face au silence et aux mensonges.

📖Ressenti de l’histoire :

J’ai apprécié le fait que l’on ne comprend pas tout de suite ce qui motive ce personnage de vieillard à tuer. D’autant plus que c’est un homme simple et sans histoire, apparemment, qui commet ce meurtre. Nous sommes lâchés dans son histoire sans savoir jusqu’à la fin si ses soupçons étaient fondés ou pas.

J’ai apprécié le personnage de Julienne, elle est humaine sans être une femme parfaite qui réussit tout dans sa vie. Elle a se donne à fond pour son travail ainsi que pour son grand-père. Mais elle se retrouve face à Wolfgang Müller, un nonagénaire allemand resté en France en Auvergne pour y faire sa vie à la fin de la guerre. Elle cherche à comprendre ce qui a pu décider de sa vie. J’ai apprécié le fait que l’on nous plonge dans la tête de Julienne et que l’on nous pousse à essayer de comprendre ce que Müller pourrait bien cacher. Telle est la question que Julienne se pose sans cesse. Va-t-on le découvrir ou pas ? Ce qu’elle ignore, c’est que son choix de reportage aura des conséquences tragiques !

Les personnages sont fouillés, très développés ce qui contribue à nous attirer. Pas de grandiloquence ni de fioriture inutile. On comprend rapidement la vie de chaque personne sans que l’on soit obligé de nous tracer toute leur vie ! On comprend les blessures de certaines personnes, qui vont les mener à certains choix…

✍🏻Ressenti sur écriture :

J’ai apprécié de me plonger dans ce roman. L’écriture est fluide sans être forcée. On ressent que l’auteur est inspiré par les romans/livres qui contiennent beaucoup de psychologie humaine. C’est rafraichissant de lire ce genre de roman.

👍Point fort :

Une histoire qui nous tient en haleine, on est plongé sans peine au cœur de l’acte meurtrier et on comprend le pourquoi au fil des pages !

👎Point faible :

Je n’en ai pas noté qui m’aurait dérangé, je pourrais dire aux amateurs de dialogues qu’ici on sera plus plongé dans la psychologie de Julienne et que l’on sera avec elle dans ses réflexions. Mais les dialogues présents sont juste suffisants !

⭐Recommandation :

4.5/5

J’ai apprécié ma lecture, je vous recommande ce roman, c’est court (290 pages) et c’est un policier qui change. Nous ne sommes plus avec Agatha Christie qui cherche l’auteur du crime, ici on le connait. Dans ce roman, on cherche à comprendre la motivation ! On a aussi une relation forte intergénérationnelle qui se met en place et c’est très sympa à lire ! Par moment, ça en devient émouvant !

Source :

Écrivain, Thierry Poyet est né en 1968 à Saint-Étienne. Après un premier roman remarqué, La petite Stéphanoise, publié aux éditions Ramsay en septembre 2019, pour lequel il obtient le ‘Coup de Cœur du prix Fauriel’, il revient en mars 2021 avec Ce que Camus ne m’a pas appris, toujours chez Ramsay. Un roman social, sur fond de Gilets jaunes, qui nous parle de la France périphérique…

Par ailleurs, universitaire, il s’est imposé comme un spécialiste de la littérature de la seconde moitié du XIXe siècle. Il a beaucoup publié sur Flaubert et s’est intéressé aussi à Maupassant et Hugo. Il travaille en ce moment sur des écrivains considérés comme des ‘minores’, un peu oubliés, Maxime du Camp, Louise Colet et quelques autres. Biographie venant du site Babelio.

Langue d’origine : Français

Genre du livre : Policier

1re édition : Il faut tuer Wolfgang Müller ,Thierry Poyet, édition Ramsay, 2022, 288 p.

Mon édition : Il faut tuer Wolfgang Müller , Thierry Poyet, édition Ramsay, 2022, 288 p. (SP. Numérique)

4
Noté 4 sur 5

Un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :