Anglais,  Auteur,  avis,  Fantastique,  genre,  k,  Origine du livre,  Science Fiction,  Stephen King

22/11/63 – Stephen King

Ce livre est un pavé et j’avais peur que l’auteur nous perdre dans une histoire trop compliquée. Le voyage temporel est un sujet épineux, grande fan de Doctor Who, j’avais peur que King n’arrive pas à maîtriser les problèmes liés aux sujets temporels… Cet avis risque d’être plus long que les autres…

Stephen E. King est né dans le Maine (États-Unis )en 1947. Deuxièmes fils de sa famille, ses parents se séparent et vivra avec sa mère. Diplômé en 1966 du lycée de Durham puis le Lisbon Falls Hight School. C’est lors de sa deuxième année qu’il commence à écrire une chronique hebdomadaire pour l’école : THE MAIE CAMPUS. Il a rencontré Tabitha Spruce durant ses études et c’est en 1971 qu’ils se sont mariés. AU printemps 1973, il réussit à se faire publier son premier roman : Carrie par la maison d’édition Doubleday & Co et sortie un an plus tard. Il se met alors à plein temps sur l’écriture. Et à la fin de l’été 1973, « Salem’s Lot » fut finalisé dans une pièce d’un petit garage. Le couple King offre des bourses à des élèves du secondaire et fait des dons à de nombreux organismes de bienfaisance locaux et nationaux. Stephen est le récipiendaire 2003 de la médaille de la Nationale Book Foundation pour sa contribution exceptionnelle aux lettres américaines et de la médaille nationale des arts 2014.

Langue d’origine :Anglais
Genre du livre 
: Science fiction , fantastique

1re édition americaine 11/22/63 ,Stephen King, Scribner , 2011.
1re édition française : 22/11/63,Stephen King, tradtuit par Nadine Gassié, Albin Miche , 2013, 934 p.

Mon édition : 22/11/63 , Stephen King , ÉditionsLe livre de Poche, 2014 , 1035P.

Résumé :

Jake Epping est un enseignant d’anglais à Lisbon Falls, dans le Maine, qui se fait un revenu complémentaire en enseignant aux adultes dans le programme GED. Il reçoit un essai de l’un des étudiants : une histoire macabre, déchirante, au sujet d’une nuit il y a 50 ans quand le père d’Harry Dunning est arrivé à la maison, a tué sa mère, sa soeur et son frère avec un marteau. Harry s’en est sorti avec une jambe mal en point, comme le prouve sa démarche actuelle.

Un peu plus tard, Al, l’ami de Jake, lui raconte un secret : sa boutique est un portail vers 1958. Il enrôle Jake dans une folle mission afin d’empêcher le meurtre de John Kennedy. Ainsi sa nouvelle vie en tant que Jakes George Amberson, son nouveau monde d’Elvis et JFK, un monde de grosses voitures américaines, d’un solitaire en difficulté nommé Lee Harvey Oswald et d’une bibliothécaire prénommée Sadie Dunhill, qui devient l’amour de Jake et qui transgresse les règles normales du temps.

Ressenti de l’histoire :

Et ce fut le contraire, dès le début de l’histoire on se demande ce que va être la suite. Jake Epping et nous-mêmes, nous sommes invités à traverser une faille temporelle et nous nous retrouvons en 1958 ! Al’ incite Jake de prendre la suite qu’il a commencée, évité que Kennedy soit tué ! Quelle promesse d’histoire.

Le roman reprend l’histoire presque comme un journal intime en tout cas au début. Construit en six parties, chaque partie reprenant un grand thème qui aura lieu au fils des chapitres se trouvant en son sein. Les chapitres sont construits pour nous parler d’un moment particulier ou de l’avancement du temps du héros. L’histoire va de moment de détente qui nous fait parfois oublier à nous tout comme pour le héros, le pourquoi il est allé dans le passé.


Jake va vite apprendre que le passé ne veut pas être changé, il ne s’appellera plus Jake, mais Goerge Amberson. Il est naïf dans cette nouvelle Amérique qu’il découvre loin de 2001 et de la technologie. Jake est parfois égoïste, mais le Goerge est altruiste . Jake est d’abord déstabilisé et tente de savoir si le cours des choses peut être vraiment modifié. Ce qui lui fera prendre sa décision, il tentera de sauver le président Kennedy. Jake / Goerge est attachant, tout le long du livre son état d’esprit sera décrit et on suivra son évolution. Il passe d’un homme perdu as un homme qui voudrait vivre éternellement dans cette faille temporelle. J’ai tellement pleuré à la fin du livre pour cette fin si touchante.

J’ai aussi adoré le personnage de Sadie est tellement génial, complexe, mais qui est complément crédible. Amoureuse de Jake/Goerge, elle va tout tenter pour connaître le secret de Jake. Au final quel autre personnage qu’elle pour représenter toutes les questions des personnes vivantes avec lui dans les années 60 ? Personne d’autre à mon sens. Une femme qui commence à être perdue, car elle ne sait rien de sa passée. Un couple qui arrive toute à fois à s’aimer. J’ai adoré sa façon d’être et son côté maladroit, on ressent une grande tristesse à travers ce personnage.

King arrive à nous rendre plus humaine la personne qui a été jugée comme coupable historiquement. Lee Harvey Oswald est décrit avec sa famille. Au début nous le voyons comme étant une personne froide et malade qui a tué le président. King nous montre une autre vision de pensée sur cette personne. Lee dans la vraie vie a toujours dit qu’il avait été manipulé et qu’on l’avait dupé. Ce livre ne nous donne pas la réponse si c’était vrai ou pas, mais ça nous crée cependant un certain doute. Dans tous les cas, Lee est décrit avec toute sa complexité réelle et comment selon les sources que King à pu récolté à agis, évidements il a modifié quelque passage de la vie de Lee.

Un livre qui m’a fait voyage dans les années 60. Et qui m’as fait voir d’un autre œil, l’histoire de l’assassinat de Kennedy.

Ressenti sur écriture :

Une écriture qui nous plonge dans les années 60 comme si nous tombions nous-mêmes dedans à partir de notre époque moderne. Qui passe tout d’un coup au présent dans le moment le plus crucial. Nous sommes plongés encore plus à ce moment-là plus près du héros qu’avant. L’écriture est bien pensée et nous fait vraiment voyager à une autre époque.

Point fort :

Ce n’est pas une bête histoire temporelle sans intérêt. Tous les personnages sont intéressants et on ne s’ennuie pas.

Point faible :

J’ai eu parfois eu des lenteurs dans la lecture à cause du fait que l’action est très longue. On arrive en 1958 pour que l’histoire se termine en 1963… Mais cela permet aussi de développer le personnage et l’intrigue liés à Lee. Mais parfois j’ai trouvé que c’était vraiment long.

Recommandation :

4/5

À lire, mais je vous conseille de le commencer que quand vous avez le temps ^^

Source :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :