Anglais,  Auteur,  avis,  Brian Azzarello,  Comics,  Doug Mahnke,  Ed Brubaker,  genre,  Lee Bermejo,  Origine du livre

Joker Mauvaises Fréquentations

Ce comics vendu pour moins de 5e a eu raison de mon portefeuille. Ce comics est constitué de deux histoires intégrales.

Résumé :

Le Joker rit. Il vient tout juste d’être libéré de l’asile d’Arkham. Pourtant, le célèbre baron du crime est loin d’être euphorique. En son absence, les fripouilles de son petit gang se sont partagé son territoire avant de revendre leur part pour une bouchée de pain. Mais aujourd’hui, le patron est de retour en ville, bien décidé à récupérer ce qui lui appartient. Entraînant dans son sillage le loyal Johnny Frost, la sanglante parade du clown farceur pour la reconquête se met en marche.

Contiens deux albums : Joker de Brian Azzarello & Lee Bermejo (Absolute Joker) et Joker : L’Homme qui rit de Ed Brubaker & Doug Mahnke (Batman: The Man Who Laughs + Gotham Central: Soft targets #12-15).

Ressenti de l’histoire :

La première histoire se nomme : Mauvaises Fréquentations 

C’est la plus longue des deux. Dans cette histoire, le Joker est libéré de l’asile d’Arkham. Il ne va pas de suite semer le chaos dans Gotham. Il veut régler ses comptes avec les autres méchants de la ville et retrouver son territoire ainsi que l’argent qui lui va de droit.

La folie du joker ici est montrée de manière plus subtile et encore plus percutante à travers le graphisme. Ce style graphique est réaliste et j’ai aimé, cela faisait longtemps que j’avais retrouvé un style réaliste dans mes lectures ! Habituer a un style plus cartoon, j’ai cependant accroche avec les couleurs. Cependant attention, c’est cru et certains passages pourraient choqué les âmes sensibles.

La seconde histoire : L’homme qui rit.

Beaucoup plus courte que la première, on nous montre une nouvelle façon, de comment le Joker est devenu l’homme qu’il est. J’ai ressenti une forte influence de Batman: The Killing Joke d’Alan Moore. Je n’ai vu que le film animé, qui reste à mes yeux une des plus belles histoires que j’ai pu voir avec le Joker.

Cependant dans ce comics, le joker nous montre le début de sa folie sans aucun filtre. Mais malgré l’inspiration de basse. C’est une histoire qu’en tant que fan du joker, je n’ai pas apprécié et que ce n’est pas vraiment intéressant ni novateur. Et cela joue aussi sur le fait que la première histoire est vraiment à mon sens novateur est vraiment bien écrite.

Le graphisme est plus simple que pour la première histoire, mais il reste agréable à voir.

Ressenti sur écriture :

Deux histoires aux styles différents. La façon de montrer la folie du Joker diffère et cela est appréciable. Le personnage est nuancé, montré tantôt mature tantôt pas loin d’être en pur délire. Un qui m’a fait penser à celui des dessins animés un peu bouffons et l’autre à celui de Heath Ledger.

Point fort :

Une première histoire prenante et adulte, avec un graphisme réaliste qui peut ne pas toujours plaire. La seconde histoire a un style graphisme plus accessible et une histoire moins dure à lire et mon cru.

Point faible :

La seconde histoire pour moi n’est pas à la haute de la première. En tout cas je n’ai pas accroché, et je trouve cela dommage.

Recommandation :

3.5/5

Un comics pas cher qui peut permettre de se faire plaisir et de découvrir le comics par ce biais. Attention, cependant la première histoire pourrait choquer certaines personnes.

Source :

Écrit à quatre mains. Ce comics a été créé par deux scénaristes et deux dessinateurs. Un duo pour chacune des histoires. Il serait trop long de parler de chaque auteur. Ils sont tous une expérience avec l’art du comics. Je vous renvoie aux sources en bas de page 🙂

Langue d’origine : Anglais pour les histoires, Français pour la réunion des deux comics.

Genre du livre : Comics, Super-Héros

1re édition Français : Joker Mauvaise Fréquentation, Brian Azzarello, Ed Brubaker, Lee Bermejo et Doug Mahnke, Editions Urban Comics, 2021, 192 p.

Mon édition : Joker Mauvaise Fréquentation, Brian Azzarello, Ed Brubaker, Lee Bermejo et Doug Mahnke, Éditions Urban Comics, 2021, 192 p.

2 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :