Allemand,  Auteur,  Fait divers,  g,  genre,  Heiko Gebhardt,  Origine du livre,  témoignage

La mère d’Anna

Attention ce livre, dont je vais parler aujourd’hui est un fait divers allemand qui à eu lieu en 1981. Celui de Marianne Bachmeier qui a tué l’assassin de sa fille. Un sujet dont la finalité peut amener à plusieurs points de vue.

Heiko Gebhardt est un journaliste allemand. Il a travaillé pour le journal : Die Zeit, Stern et Geo. Il n’a écrit qu’un seul livre : La mère d’Anna dont il a fait une enquête minutieuse.

Langue d’origine : Allemand
Genre du livre 
: Témoignage/fait réel

1re édition La mère d’Anna , Heiko Gebhardt, Éditions France Loisirs , 1984 , 191 P.

Mon édition La mère d’Anna , Heiko Gebhardt, Éditions France Loisirs , 1984 , 191 P.

Résumé :

« Le 6 mars 1981, Marianne Bachmeier abat, en plein tribunal, l’assassin de sa petite fille Anna, âgée de sept ans. L’affaire bouleverse l’opinion internationale. La voici reconstituée entièrement dans un document de première main qui révèle le dramatique passé de la mère vengeresse et la complexité du détraqué sexuel dont Anna fut l’innocente victime. »

Ressenti de l’histoire :

Une histoire qui ne peut pas laisser de marbre. On arrive à se mettre à la place de Marianne Bachmeier. On s’attache à elle et à son histoire torturées. On se rend compte aussi qu’elle ne fut pas une bonne mère d’une certaine manière, mais à tout fait pour le bonheur de ses enfants quitte à ne plus les voir. On arrive même à s’attacher à la petite Anna, qui nous est décrite le plus souvent pas ses parents. On ressent le chagrin et le regret de ne pas avoir fait plus attention à elle.
Nous n’avons pas les attentions du tueur vu qu’il a été assassiné par Marianne avant qu’il soit le temps de raconter ce qu’il aurait pu le pousser réellement à ce meurtre. Cependant avec les informations de l’enquête et des témoignages on arrive à comprend l’état d’esprit de cette personne.

Ce livre fut dur à lire pour moi. L’auteur ne nous cache rien de ce que tout le monde à pu vivre et ressentir. De plus, ce livre ne peut pas nous laisser de marbre ! Au fond dans la même situation, comment réagirions-nous ? Laisserions-nous la justice faire son travail ? Ou serions-nous tout aussi vengeresses/vengeurs ?

Ressenti sur écriture :

Un écrit qui peut être parfois nous perdre. Cependant, l’écriture rend humains tous les protagonistes humains, même le tueur de l’enfant. Écrit comme une enquête policière. Il y a par moment des bons de plusieurs années ou des trous, car certaines personnes ne voulaient pas témoigner.

Point fort :

Un livre qui ne nous laisse pas de marbre et qui marque. Il nous rappelle aussi que chaque histoire et chaque personne sont différentes. Ce livre nous pose aussi des questions morales.

Point faible :

Une écriture comme une enquête qui pourrait être donnée à une régie de journal.

Recommandation :

4/5

À lire seulement, si l’on intéresse au fait divers et si l’on n’a pas peur de perdre un peu foi en l’Homme.

Source :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :